Études détaillées d’accidents impliquant des véhicules utilitaires légers

Thierry Serre, Christophe Perrin, Maxime Dubois-Lounis et Claire Naude (IFSTTAR)

Cet article rend compte de travaux réalisés en 2012-2013, qui visaient à établir les principales caractéristiques des accidents impliquant des véhicules utilitaires légers (VUL) à partir de cas d’accidents recueillis dans la base des Études détaillées d’accidents (EDA) constituée au laboratoire Mécanismes d’accidents de l’IFSTTAR. Cette recherche a donné lieu à une communication en anglais (Thierry Serre, Christophe Perrin, Maxime Dubois-Lounis, Claire Naude, 2014, “In-depth study of accidents involving light goods vehicles”, ESAR 2014, 6th International Conference: Expert Symposium on Accident Research, June 2014, Hanover, Germany ; https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01207835), mais n’avait pas encore fait l’objet d’une diffusion auprès du public francophone.

Le principal objectif était d’investiguer en profondeur les processus de ces accidents pour identifier les facteurs spécifiques aux différents types de VUL. Cela a nécessité en particulier de reconstruire la cinématique de ces accidents pour calculer les vitesses moyennes d’impact, et d’étudier les problèmes de compatibilité entre les VUL et les véhicules antagonistes. Un autre objectif consistait à définir les différences entre les types de VUL et l’influence de la configuration du VUL dans l’accident (charge…).

Le travail est basé sur les données des études détaillées d’accidents et leur analyse clinique. L’échantillon retenu inclut les VUL d’un poids total autorisé en charge (PTAC) inférieur à 3,5 tonnes, soit 88 accidents impliquant 90 VUL.

Photo EDA-IFSTTAR

Accident impliquant un véhicule utilitaire léger : vues de l’endroit du choc
et des véhicules après la collision

À partir des dossiers EDA, comportant de nombreux relevés d’information et une analyse approfondie de chaque cas, la première étape a été de créer un fichier de codage spécifique comprenant les principales caractéristiques des accidents de VUL avec des variables permettant notamment d’identifier les problèmes de sécurité, de maintenance, de chargement, de conception du VUL. Les variables les plus importantes concernaient :

    • Les conditions générales de l’accident : situation météo, type de lieu, nombre de personnes blessées, etc.
    • Les caractéristiques du véhicule : kilométrage, type, état général, volume et charge utiles, présence de l’ABS (antiblocage des roues), description des éléments essentiels de la sécurité primaire relative à la survenue de l’accident, taille des pneus, indice de charge de chaque pneu (relevé et recommandé par le constructeur), etc.
    • Les éléments relatifs à la sécurité secondaire : type de choc, vitesses d’impact, présence d’airbags, fixation et disposition du chargement ainsi que son implication dans l’accident…

Les principaux résultats de cette recherche sont les suivants :

    • La moitié des VUL de l’échantillon sont des modèles « légers » tels que Renault Kangoo, Peugeot Partner…
    • Les VUL sont moins souvent impliqués dans des pertes de contrôle, et plus fréquemment impliqués dans des accidents en intersection, probablement en raison de problèmes de perception des autres usagers chez les conducteurs de VUL.
    • Peu de défauts techniques ont été relevés et presque uniquement des défauts de pression ou d’indices de charge des pneumatiques ; le contrôle de pression des pneus devrait être renforcé.
    • Le déplacement de charges ne joue généralement pas un rôle déterminant dans les accidents en partie grâce à la présence de parois séparatrices.
    • Sur l’échantillon étudié (véhicules fabriqués avant 2012), les VUL sont peu équipés de systèmes de sécurité active en particulier de radar ou de caméra de recul, bien que leur visibilité vers l’arrière soit très faible ; de même le taux d’équipement en systèmes de sécurité passive est faible (airbags…).
    • Peu de conducteurs de VUL mettent la ceinture de sécurité. Il apparaît nécessaire d’encourager le port de la ceinture par tous les moyens : alerte sonore, communication, campagnes de sensibilisation et de répression.
    • Les chocs sont principalement frontaux pour les VUL.
    • Les vitesses d’impact des VUL sont équivalentes à celles des autres véhicules.
    • L’agressivité des VUL semble poser problème et la compatibilité véhicule-véhicule devrait être mieux prise en compte.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Serre-Perrin-DuboisLounis-Naude-2019-07