Type de motocyclette et risque de décès par accident chez les motocyclistes

Jean-Yves Fournier (IFSTTAR) et Valentin Boulisset (AMU)

La motocyclette est le mode de déplacement présentant les risques les plus élevés pour ses utilisateurs. Il existe cependant plusieurs types de motocyclette qui diffèrent selon leur conception et leurs performances, et peuvent correspondre à des niveaux de risque différents. Nous avons conduit un travail de recherche visant à étudier ces différences de risque, en estimant des taux de tués (motocyclistes) par kilomètre parcouru associés à l’usage des divers types de motocyclette en circulation. Dans un premier temps, nous avons eu recours aux données de l’enquête sur les deux-roues motorisés de 2012 réalisée par le service de l’observation et des statistiques du Commissariat général au développement durable, pour estimer une donnée d’exposition exprimée en kilométrage parcouru. Dans un second temps, nous avons exploité le fichier national des accidents de la circulation (fichier BAAC) pour analyser les accidents mortels touchant les usagers de ces différents types de motocyclette. Ces deux sources de données nous ont ensuite permis d’estimer les taux de tués par kilomètre parcouru pour les motocyclettes (de plus de 50 cm3) de type scooter, custom, basique, roadster, routière, sportive, grand tourisme, et trail, en faisant également la distinction entre motocyclettes légères (n’excédant pas 125 cm3 de cylindrée et dont la puissance ne dépasse pas 11 kW) et motocyclettes lourdes.

Photo Jean-Yves Fournier

Les résultats montrent que le risque d’être tué pour les usagers de motocyclette varie selon la catégorie et le type de motocyclette utilisé. En effet, d’une part les motocyclettes lourdes sont associées à un risque plus élevé que les motocyclettes légères, et d’autre part les motocyclettes de type « sportive » et, à un moindre degré, de type « roadster » correspondent aux risques les plus élevés par comparaison avec les autres types de motocyclette. À l’inverse, ce sont les usagers de motocyclettes de type « grand tourisme » et « basique » qui correspondent aux risques de décès par kilomètre parcouru les plus faibles pour leurs utilisateurs. Ces résultats sont en cohérence avec des travaux antérieurs portant sur d’autres pays, qui trouvent également un fort risque associé à l’usage de motocyclettes de type « sportive ». Un travail complémentaire d’analyse approfondie et qualitative de procès-verbaux d’accidents, sur un échantillon plus limité (une centaine de cas), suggère l’importance des facteurs dynamiques (liés à des vitesses élevées par rapport à la situation) dans les accidents mortels des motos les plus puissantes. D’autres investigations resteraient cependant nécessaires sur ce point.

D’autres résultats ont été obtenus concernant les effets de l’âge du conducteur (confirmant les risques plus élevés des jeunes motocyclistes) et de l’environnement de circulation : pour les usagers de motocyclettes considérés dans leur ensemble, le risque de se tuer est légèrement plus important hors agglomération qu’en agglomération.

Pour accéder à l’article complet :

Recherche exploratoire sur les usagers, usages et risques des trois-roues motorisés pendulaires

Charlotte Petit (ENTPE) et Nicolas Clabaux (IFSTTAR)

Les trois-roues motorisés pendulaires, comme le Piaggio Mp3, sont arrivés sur le marché en 2006. Ces véhicules ont rencontré un grand succès commercial avec 8 000 à 10 000 ventes chaque année. Nous nous intéressons ici à la question des ventes et du parc de trois-roues motorisés pendulaires, à l’évaluation du taux d’accidents de ces véhicules ainsi qu’à l’étude des mécanismes d’accidents de cette nouvelle catégorie d’usagers. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur différentes catégories de données. En premier lieu, nous avons eu recours aux données de l’enquête sur les deux-roues motorisés de 2012 réalisée par le SOES (Service de l’observation et des statistiques du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer). Pour compléter nos analyses, nous avons réalisé une enquête à Marseille auprès d’usagers de trois-roues motorisés pendulaires. Nous nous sommes également basés sur les fichiers BAAC des accidents corporels. Enfin, nous avons rassemblé un échantillon de 75 procès-verbaux d’accidents impliquant un trois-roues motorisé pendulaire.

Photo Jean-Yves Fournier

Cette recherche nous a permis de voir que le conducteur type d’un trois-roues motorisé pendulaire est un homme d’une quarantaine d’années, cadre, ayant des revenus élevés. Il utilise son véhicule toute l’année, au moins quatre jours par semaine, pour ses déplacements domicile-travail. Auparavant, cet homme utilisait majoritairement un scooter 125 (par « scooter 125 », nous désignons les scooters de moins de 125 cm3 et de plus de 50 cm3 de cylindrée). La comparaison des taux d’accidents tend à montrer que les trois-roues pendulaires de moins de 125 cm3 ont un taux d’accidents proche de celui des utilisateurs de scooters 125. Quant aux usagers de trois-roues pendulaires de plus de 125 cm3, ils présentent par kilomètre parcouru un risque d’accident inférieur de 24 % à 35 % à celui des conducteurs de scooters 125. Enfin, l’analyse détaillée d’un échantillon de cas d’accidents nous a permis de décrire onze scénarios types d’accidents. Il n’est pas ressorti de scénario type spécifique aux tricycles pendulaires. Au contraire, les accidents impliquant ces véhicules ont un déroulement proche de ceux impliquant des deux-roues motorisés.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Petit-et-Clabaux-2017-03