Études détaillées d’accidents impliquant des véhicules utilitaires légers

Thierry Serre, Christophe Perrin, Maxime Dubois-Lounis et Claire Naude (IFSTTAR)

Cet article rend compte de travaux réalisés en 2012-2013, qui visaient à établir les principales caractéristiques des accidents impliquant des véhicules utilitaires légers (VUL) à partir de cas d’accidents recueillis dans la base des Études détaillées d’accidents (EDA) constituée au laboratoire Mécanismes d’accidents de l’IFSTTAR. Cette recherche a donné lieu à une communication en anglais (Thierry Serre, Christophe Perrin, Maxime Dubois-Lounis, Claire Naude, 2014, “In-depth study of accidents involving light goods vehicles”, ESAR 2014, 6th International Conference: Expert Symposium on Accident Research, June 2014, Hanover, Germany ; https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01207835), mais n’avait pas encore fait l’objet d’une diffusion auprès du public francophone.

Le principal objectif était d’investiguer en profondeur les processus de ces accidents pour identifier les facteurs spécifiques aux différents types de VUL. Cela a nécessité en particulier de reconstruire la cinématique de ces accidents pour calculer les vitesses moyennes d’impact, et d’étudier les problèmes de compatibilité entre les VUL et les véhicules antagonistes. Un autre objectif consistait à définir les différences entre les types de VUL et l’influence de la configuration du VUL dans l’accident (charge…).

Le travail est basé sur les données des études détaillées d’accidents et leur analyse clinique. L’échantillon retenu inclut les VUL d’un poids total autorisé en charge (PTAC) inférieur à 3,5 tonnes, soit 88 accidents impliquant 90 VUL.

Photo EDA-IFSTTAR

Accident impliquant un véhicule utilitaire léger : vues de l’endroit du choc
et des véhicules après la collision

À partir des dossiers EDA, comportant de nombreux relevés d’information et une analyse approfondie de chaque cas, la première étape a été de créer un fichier de codage spécifique comprenant les principales caractéristiques des accidents de VUL avec des variables permettant notamment d’identifier les problèmes de sécurité, de maintenance, de chargement, de conception du VUL. Les variables les plus importantes concernaient :

    • Les conditions générales de l’accident : situation météo, type de lieu, nombre de personnes blessées, etc.
    • Les caractéristiques du véhicule : kilométrage, type, état général, volume et charge utiles, présence de l’ABS (antiblocage des roues), description des éléments essentiels de la sécurité primaire relative à la survenue de l’accident, taille des pneus, indice de charge de chaque pneu (relevé et recommandé par le constructeur), etc.
    • Les éléments relatifs à la sécurité secondaire : type de choc, vitesses d’impact, présence d’airbags, fixation et disposition du chargement ainsi que son implication dans l’accident…

Les principaux résultats de cette recherche sont les suivants :

    • La moitié des VUL de l’échantillon sont des modèles « légers » tels que Renault Kangoo, Peugeot Partner…
    • Les VUL sont moins souvent impliqués dans des pertes de contrôle, et plus fréquemment impliqués dans des accidents en intersection, probablement en raison de problèmes de perception des autres usagers chez les conducteurs de VUL.
    • Peu de défauts techniques ont été relevés et presque uniquement des défauts de pression ou d’indices de charge des pneumatiques ; le contrôle de pression des pneus devrait être renforcé.
    • Le déplacement de charges ne joue généralement pas un rôle déterminant dans les accidents en partie grâce à la présence de parois séparatrices.
    • Sur l’échantillon étudié (véhicules fabriqués avant 2012), les VUL sont peu équipés de systèmes de sécurité active en particulier de radar ou de caméra de recul, bien que leur visibilité vers l’arrière soit très faible ; de même le taux d’équipement en systèmes de sécurité passive est faible (airbags…).
    • Peu de conducteurs de VUL mettent la ceinture de sécurité. Il apparaît nécessaire d’encourager le port de la ceinture par tous les moyens : alerte sonore, communication, campagnes de sensibilisation et de répression.
    • Les chocs sont principalement frontaux pour les VUL.
    • Les vitesses d’impact des VUL sont équivalentes à celles des autres véhicules.
    • L’agressivité des VUL semble poser problème et la compatibilité véhicule-véhicule devrait être mieux prise en compte.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Serre-Perrin-DuboisLounis-Naude-2019-07

Introduction de scénarios d’accident dans les simulateurs de conduite – intérêt pour l’analyse du comportement des conducteurs

Catherine Berthelon et Christophe Perrin (IFSTTAR)

Les simulateurs de conduite reproduisent aujourd’hui des environnements tels que le comportement des conducteurs immergés dans ces systèmes est assez représentatif de ce que l’on peut attendre sur une route réelle. Cependant, les situations et les scénarios qui sont introduits dans les simulateurs sont quelquefois trop approximatifs et peu réalistes. C’est la raison pour laquelle nous avons développé une méthodologie pour simuler des scénarios d’accident en s’appuyant sur des cas réels de collisions. Le concept de scénario utilisé concerne un groupe d’accidents présentant une similarité du point de vue de la chaîne des évènements conduisant à l’accident. La méthode d’analyse utilisée pour grouper les accidents sous forme de scénarios est basée sur une segmentation de leur progression. Un ensemble de scénarios a été introduit dans le simulateur de l’IFSTTAR de Salon de Provence, en implémentant leur déroulement spatio-temporel à partir de données issues de cas réels d’accidents collectés dans le cadre du programme d’Études détaillées d’accidents (EDA) du laboratoire Mécanismes d’accidents (LMA). Ils ont été validés avant d’être soumis à différentes populations de conducteurs.

Image IFSTTAR

Vue extraite d’images de synthèse de simulation d’un scénario d’accident

Ces travaux nous ont permis de mettre au point un cadre méthodologique et de décrire les principales étapes permettant d’introduire des scénarios d’accident réalistes dans des simulateurs de conduite. Les scénarios ainsi introduits ont été utilisés pour la réalisation de différents travaux de recherche expérimentale sur simulateur, par exemple pour l’étude des habiletés des conducteurs en fonction de l’expérience de conduite, ou l’analyse des effets de l’alcool et des médicaments sur le comportement de conduite.

Pour accéder à la note méthodologique complète :

Note-method-Berthelon-Perrin-2017-08

Analyse des conditions de lumière sur un site d’accident nocturne en milieu urbain

Marie-Claude Montel (IFSTTAR), Paul Verny (CEREMA), Joël Magnin (IFSTTAR), Fabrice Lopez (CEREMA)

L’analyse approfondie de cas d’accidents permet d’identifier les déterminants des dysfonctionnements intervenant dans l’enchaînement des mécanismes accidentels. Concernant les dysfonctionnements de la perception et du traitement de l’information visuelle en période nocturne, la recherche d’éléments explicatifs parmi les conditions de lumière présente cependant certaines difficultés méthodologiques. Nous présentons ici une analyse approfondie des conditions de lumière d’un cas d’accident nocturne, issu du programme de l’Étude détaillée d’accidents (EDA) de l’IFSTTAR, et dans lequel des dysfonctionnements liés à la perception sont susceptibles d’avoir joué un rôle. Cette investigation s’inscrit dans le cadre d’un travail exploratoire visant à tester les apports de méthodes et d’outils de diagnostic des conditions de lumière sur des sites d’accidents nocturnes pour la compréhension des dysfonctionnements perceptivo-cognitifs, notamment ceux liés à la visibilité et à la conspicuité dans la scène visuelle.

Image CEREMA/DTerMed/DAT/SARTU

Carte des champs de luminance du point de vue du motocycliste
(44 m en amont du point de choc)

L’analyse de ce cas suggère que les conditions de lumière ont vraisemblablement contribué à la non-détection par le motocycliste de la voiture s’apprêtant à franchir la voie de circulation de la moto. En effet, l’analyse des niveaux de luminance montre que cette voiture présente un contraste de luminance modéré par rapport à son fond proche, qui serait suffisant dans des conditions de laboratoire ou dans des situations simples, mais ne permet pas de conclure ici sur le caractère visible de la voiture. D’autre part, l’analyse de la carte de luminance et de la carte des contours visibles montre que la scène visuelle est complexe, y compris dans l’environnement immédiat de la voiture, ce qui rend sa perception difficile. En outre, l’analyse de la saillance (carte de saillance) fait apparaître que cette voiture ne fait pas partie des éléments saillants de cette scène. D’autres éléments de l’environnement, beaucoup plus visibles et saillants, ont pu contribuer à la non-détection de la voiture. Sur le plan des méthodes, cette investigation nous permet de tirer quelques conclusions sur l’intérêt, les limites et les difficultés de mise en œuvre des différents outils méthodologiques employés.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Montel-Verny-Magnin-Lopez-2016-12

Influence de la vitesse de déplacement sur le risque d’accident corporel : une étude cas-témoins

Thierry Brenac, Christophe Perrin, Bastien Canu, Joël Magnin et Adrien Canu (IFSTTAR)

Si les effets de la vitesse moyenne du trafic sur le taux d’accidents ont été abondamment étudiés, seuls quelques rares travaux de recherche se sont intéressés aux effets du niveau individuel de vitesse, en un instant et en un lieu donné, sur le risque d’accident corporel. Dans le cadre de l’Étude détaillée d’accidents (EDA) de l’IFSTTAR, les investigations approfondies sur les cas permettent en général de procéder à des reconstructions cinématiques du déroulement des faits, qui fournissent notamment des estimations des vitesses pratiquées par les véhicules impliqués juste avant l’accident. On peut ensuite effectuer des mesures de vitesse pour des véhicules comparables, non impliqués, circulant dans les mêmes conditions sur le site de l’accident. Lorsque de telles données ont été rassemblées pour un échantillon de cas, il est alors possible de mettre en évidence une relation entre vitesse et risque d’accident, en appliquant une méthode d’étude cas-témoins avec appariement. Chaque véhicule impliqué est un cas, et les véhicules circulant dans les mêmes conditions sur le même site constituent les témoins appariés à ce cas.

Photo EDA-IFSTTAR

Une telle méthode a été appliquée à 52 cas – des voitures impliquées dans des accidents corporels traités dans le cadre de l’EDA – et à 817 témoins appariés à ces cas. Seules des conditions de météorologie normale, de jour, et de trafic fluide ont été retenues. Les modèles reliant vitesse et risque d’accident corporel ont été ajustés au moyen de régressions logistiques conditionnelles. Les résultats montrent que la vitesse individuelle de circulation contribue fortement et significativement au risque d’accident corporel. La relation obtenue reste cependant assez fragile et peu précise, du fait de l’échantillon de cas relativement limité et des incertitudes inhérentes aux reconstructions cinématiques des accidents.
L’article proposé ici est une version française de l’article « Influence of travelling speed on the risk of injury accident: a matched case-control study », publié en 2015 par les mêmes auteurs dans Periodica Polytechnica – Transportation Engineering (vol. 43, no. 3, p. 129-137) sous licence Creative Commons Attribution (CC-BY).

Pour accéder à l’article complet :

Article-TB-CP-BC-JM-AC-2016-01

Pour accéder à la version originale en anglais :

Brenac, T., Perrin, C., Canu, B., Magnin, J., Canu, A. (2015). Influence of travelling speed on the risk of injury accident: a matched case-control study. Periodica Polytechnica – Transportation Engineering 43(3), 129-137.