Localisation des accidents par coordonnées GPS dans le fichier national des accidents de la circulation, un état de la situation

Soukayna El Mansouri (UAPV) et Jean-Yves Fournier (IFSTTAR)

Une localisation spatiale précise des accidents est importante pour la réalisation de recherches en accidentologie ou d’études locales sur la sécurité routière. En effet, les travaux visant à mettre en évidence les influences de l’environnement des voiries, de leur aménagement et de leurs usages sur les phénomènes d’accidents peuvent utilement s’appuyer sur une analyse cartographique de la répartition spatiale des accidents, en complément d’analyses plus qualitatives et détaillées de cas d’accidents, visant une compréhension approfondie de ces phénomènes, et d’analyses quantitatives non spatialisées. Dans le fichier national des accidents corporels de la circulation routière, la localisation des accidents par coordonnées GPS tend à se développer ces dernières années, mais n’est pas encore disponible de façon systématique.

Nous avons procédé à une investigation visant à évaluer la disponibilité effective des coordonnées GPS dans ce fichier, et la fiabilité de cette information. L’évolution de la proportion d’accidents avec coordonnées GPS dans ce fichier entre 2005 et 2016 a d’abord été étudiée. Ensuite, pour l’année 2016, nous avons examiné les variations de cette proportion en fonction des caractéristiques de l’accident et de son lieu d’occurrence. Enfin, nous avons évalué sommairement la fiabilité de cette localisation par GPS en comparant le lieu identifié au moyen des coordonnées GPS avec l’endroit exact de l’accident déterminé à partir de l’analyse approfondie du procès-verbal réalisé par les forces de l’ordre, pour un échantillon d’accidents tirés au hasard.

Source : auteurs ; image de fond : IGN, © IGN 2018

Exemple de visualisation de la localisation des accidents
s’appuyant sur leurs coordonnées GPS

Les résultats montrent que la proportion de cas avec coordonnées GPS est passée de 14 % en 2005 à environ 70 % en 2016. Néanmoins, cette proportion varie selon le type d’environnement, le type d’infrastructure, le type de commune, et n’est pas homogène d’un département à l’autre : en 2016, la proportion de cas avec coordonnées GPS est de moins de 50 % dans 17 départements, mais supérieure à 98 % dans 35 autres départements. Lorsque les coordonnées GPS sont disponibles, la localisation obtenue par ce moyen semble relativement fiable, puisque la distance au lieu exact de l’accident est de moins de 100 mètres dans 86 % des cas étudiés.

Pour accéder à la note complète :

Note-ElMansouri-et-Fournier-2018-12