Accidents touchant des piétons adolescents âgés de 10 à 15 ans : une investigation sur 124 cas

Thierry Brenac (IFSTTAR)

Nous avons procédé à une investigation sur les processus mis en jeu dans les accidents touchant des piétons adolescents âgés de 10 à 15 ans en France, reposant sur l’analyse approfondie de 124 cas. L’échantillon étudié est issu d’une sélection aléatoire de procès-verbaux de police ou de gendarmerie concernant des accidents corporels de la circulation survenus en France métropolitaine entre 2006 et 2010. L’analyse a principalement porté sur les aspects suivants : l’implication directe ou indirecte des systèmes de transport public dans ces collisions, la contribution éventuelle des pairs mais aussi des parents et adultes responsables éventuellement présents, et l’influence des lieux parcourus ou traversés par les piétons adolescents au moment de l’accident. Il apparaît notamment que les transports publics jouent un rôle direct ou indirect dans 16 % de ces accidents (exemple de rôle indirect : piéton traversant précipitamment pour attraper son bus), et que certains aspects de la conception des arrêts de bus et de l’organisation du transport pourraient être modifiés pour contribuer à la prévention de ces collisions. Des pairs sont présents dans environ 39 % des cas, et les adolescents tendent plus fréquemment à traverser précipitamment lorsqu’il y a présence de pairs. Des parents ou adultes responsables sont présents dans environ 14 % de ces accidents, et ils peuvent avoir une influence négative dans certains cas (lorsqu’ils sont de l’autre côté de la rue et focalisent l’attention de l’adolescent). S’agissant des accidents survenus lors de trajets entre domicile et lieu d’étude, à l’aller ou au retour, la distance entre le site de l’accident et le lieu d’étude est de moins de 200 m dans plus de la moitié des cas.

Photo Google

Site d’un accident entre une voiture et une jeune piétonne de 12 ans,
à proximité de son collège

L’influence des caractéristiques des sites traversés par les piétons adolescents a été analysée pour un sous-échantillon d’accidents survenus lorsque l’adolescent traversait une rue lors d’un trajet entre domicile et lieu d’étude, à l’aller ou au retour. Cette analyse a été conduite selon un plan d’étude de type case-crossover, et a été traitée par régression logistique conditionnelle (le site traversé par le piéton lors de l’accident étant considéré comme le « cas », et les autres sites traversés lors de son trajet habituel vers le lieu d’étude – ou depuis ce lieu – constituant les « témoins » appariés à ce cas). Le risque d’accident lors de la traversée de la rue apparaît notablement et significativement plus élevé pour les rues principales, et plus encore pour les rues principales à plus de deux voies de circulation, par comparaison avec les rues locales. Si l’on compare les traversées hors intersection et celles effectuées sur différents types de branches de carrefour, le risque apparaît significativement plus élevé pour les traversées hors intersection ; le risque le plus faible correspond à la traversée d’une branche non prioritaire d’une intersection. Ces résultats suggèrent que des améliorations de la sécurité pourraient probablement être obtenues par des mesures d’aménagement au voisinage des collèges, et en prenant en compte ces problèmes au niveau de la planification urbaine.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Brenac-2017-12