Accidents entre piétons et véhicules en marche arrière sur les voies et lieux ouverts à la circulation publique

Thierry Brenac et Jean-Yves Fournier (IFSTTAR)

En France, peu de travaux ont été consacrés au cas des piétons blessés par des véhicules effectuant des manœuvres de marche arrière sur les voies et autres espaces ouverts à la circulation publique. Pourtant la littérature internationale récente suggère que les derniers développements technologiques (caméras de recul) ne peuvent prévenir qu’une partie de ces accidents, et que d’autres moyens de prévention doivent être également recherchés. Dans le cas français, les données du fichier national des accidents corporels tendent à sous-estimer l’enjeu que représentent ces accidents de marche arrière contre des piétons. En outre, la compréhension des mécanismes à l’œuvre dans ces accidents nécessite de recourir à des sources plus explicites, comme les procès-verbaux d’accidents corporels établis par les forces de l’ordre. Nous avons donc procédé à une investigation visant à fournir une rapide évaluation de ce problème en France, en termes quantitatifs et qualitatifs. Nous avons pu accéder, avec les autorisations nécessaires, à un échantillon aléatoire de 882 procès-verbaux de police (ou de gendarmerie) sur des accidents de piéton survenus sur des voies ou lieux ouverts à la circulation publique en France métropolitaine. Cet échantillon a été étudié pour identifier les cas avec véhicule en marche arrière parmi ces accidents. Les accidents de marche arrière (touchant des piétons) ainsi identifiés (61 cas) ont ensuite été analysés en détail pour améliorer les connaissances sur les mécanismes en jeu.

Source : Schéma T. Brenac

Cas d’un véhicule s’engageant en marche arrière dans une rue latérale pour accéder à une place de stationnement, et heurtant un piéton traversant la chaussée

Les résultats obtenus sur l’échantillon étudié montrent que les accidents de marche arrière représentent environ 7 % des accidents de piétons survenus sur les voies ou lieux ouverts à la circulation publique. Les piétons âgés de 60 ans ou plus (73 % des victimes piétonnes concernées) et les véhicules commerciaux ou de transport de marchandises sont surreprésentés dans ces collisions. Selon les cas, les piétons ne voient pas le véhicule en marche arrière, n’anticipent pas sa manœuvre, ou ne peuvent s’écarter à temps de la trajectoire du véhicule. Les conducteurs impliqués, en général, ne voient pas le piéton avant la collision. Lors de ces accidents, les raisons les plus fréquentes des manœuvres de marche arrière sont les suivantes : véhicule reculant pour sortir d’une place de stationnement ou y entrer, véhicule reculant en s’engageant dans une rue latérale en vue de s’y garer ou de livrer des marchandises, véhicule parcourant en marche arrière une impasse ou une rue étroite pour regagner la rue principale. Dans leur ensemble, les résultats obtenus suggèrent qu’au-delà de la contribution des aides technologiques dans les véhicules, il serait nécessaire d’étudier d’éventuelles solutions en matière de conception, de planification et de gestion des réseaux de voirie, visant principalement à limiter le besoin de manœuvres de marche arrière.

L’article proposé ici est une version française, très légèrement augmentée, de l’article «Collisions between pedestrians and reversing vehicles in public settings in France», publié en langue anglaise en 2018 par les mêmes auteurs dans The Open Transportation Journal (vol. 12, p. 33-42).

Pour accéder à l’article complet :

Article-Brenac-et-Fournier-2018-06

Pour accéder à l’article original en anglais :

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01702228/document

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.