Analyse des conditions de lumière sur un site d’accident nocturne en milieu urbain

Marie-Claude Montel (IFSTTAR), Paul Verny (CEREMA), Joël Magnin (IFSTTAR), Fabrice Lopez (CEREMA)

L’analyse approfondie de cas d’accidents permet d’identifier les déterminants des dysfonctionnements intervenant dans l’enchaînement des mécanismes accidentels. Concernant les dysfonctionnements de la perception et du traitement de l’information visuelle en période nocturne, la recherche d’éléments explicatifs parmi les conditions de lumière présente cependant certaines difficultés méthodologiques. Nous présentons ici une analyse approfondie des conditions de lumière d’un cas d’accident nocturne, issu du programme de l’Étude détaillée d’accidents (EDA) de l’IFSTTAR, et dans lequel des dysfonctionnements liés à la perception sont susceptibles d’avoir joué un rôle. Cette investigation s’inscrit dans le cadre d’un travail exploratoire visant à tester les apports de méthodes et d’outils de diagnostic des conditions de lumière sur des sites d’accidents nocturnes pour la compréhension des dysfonctionnements perceptivo-cognitifs, notamment ceux liés à la visibilité et à la conspicuité dans la scène visuelle.

Image CEREMA/DTerMed/DAT/SARTU

Image CEREMA/DTerMed/DAT/SARTU

Carte des champs de luminance du point de vue du motocycliste
(44 m en amont du point de choc)

L’analyse de ce cas suggère que les conditions de lumière ont vraisemblablement contribué à la non-détection par le motocycliste de la voiture s’apprêtant à franchir la voie de circulation de la moto. En effet, l’analyse des niveaux de luminance montre que cette voiture présente un contraste de luminance modéré par rapport à son fond proche, qui serait suffisant dans des conditions de laboratoire ou dans des situations simples, mais ne permet pas de conclure ici sur le caractère visible de la voiture. D’autre part, l’analyse de la carte de luminance et de la carte des contours visibles montre que la scène visuelle est complexe, y compris dans l’environnement immédiat de la voiture, ce qui rend sa perception difficile. En outre, l’analyse de la saillance (carte de saillance) fait apparaître que cette voiture ne fait pas partie des éléments saillants de cette scène. D’autres éléments de l’environnement, beaucoup plus visibles et saillants, ont pu contribuer à la non-détection de la voiture. Sur le plan des méthodes, cette investigation nous permet de tirer quelques conclusions sur l’intérêt, les limites et les difficultés de mise en œuvre des différents outils méthodologiques employés.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Montel-Verny-Magnin-Lopez-2016-12