Les inconvénients pour la sécurité routière de certains comportements de conduite courtois

Jean-Yves Fournier et Nicolas Clabaux (IFSTTAR)

La courtoisie au volant est généralement considérée comme porteuse de sécurité. À ce titre, elle fait l’objet de nombreuses campagnes de sensibilisation visant à promouvoir des comportements de conduite plus courtois entre usagers de la route. Il n’y a pourtant pas de travaux scientifiques traitant spécifiquement des liens entre comportements de conduite courtois et production d’accidents. Les travaux existants s’intéressent plutôt aux liens entre comportements agressifs, colériques et sécurité routière. Nous avons conduit une recherche visant à examiner si certains comportements de conduite courtois ne jouent pas néanmoins un rôle important dans la production d’accidents de la circulation. Nos investigations ont porté sur 2456 procès-verbaux d’accidents s’étant produits au cours d’une année dans une grande agglomération. Elles montrent que dans près de 8 % des accidents corporels recensés sur l’agglomération étudiée un comportement de conduite courtois d’un conducteur contribue de façon causale à l’accident. Il s’agit le plus souvent d’un conducteur bloqué dans la circulation, qui fait signe à un autre usager (automobiliste, piéton…) de s’engager devant lui. Cet usager s’engage alors sur l’axe prioritaire en confiance, de façon précipitée, et entre en collision avec un autre usager, masqué par le véhicule du conducteur le laissant passer.

Source : Schéma EDA, IFSTTAR

Source : Schéma EDA, IFSTTAR

Cas où un comportement courtois a contribué à l’occurrence de l’accident

Nous avons pu décrire ces différentes situations accidentogènes en recourant à la notion de scénario type d’accident. Enfin, nous évoquons en fin d’article quelques pistes pour la prévention, notamment par le biais de l’aménagement des voiries. En effet, les problèmes que nous avons mis en évidence peuvent sans doute en partie trouver des solutions dans le domaine de l’aménagement. Par exemple, la réduction à une seule file par sens de circulation et la mise en place de refuges piétons ou de terre-pleins au centre des chaussées (au niveau des traversées piétonnes ou à l’approche des carrefours ou des accès importants) permettent d’éviter ou de limiter fortement les manœuvres de dépassement d’un véhicule arrêté pour laisser traverser un autre usager.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Fournier-Clabaux-2015-08