Difficultés de lecture d’espaces publics déstructurés : étude de deux cas d’accident

Thierry Brenac (IFSTTAR) et Élisa Maître (IFSTTAR et AMU)

Certains aménagements destinés à la circulation de véhicules de transports collectifs sur des voies réservées consistent à consacrer une demi-chaussée, à double sens, à ces voies réservées, en les séparant par un terre-plein des autres voies de circulation. Cette configuration implique une organisation singulière des circulations, s’écartant, dans l’esprit du moins, du principe de circulation à droite. Pour le piéton traversant, cela se traduit par le fait que le sens de circulation des véhicules, sur les voies qu’il franchit, change de multiples fois au cours de la traversée, et non plus une seule fois en milieu de chaussée. Cette déstructuration de l’organisation de l’espace public semble soulever des difficultés de lecture de l’environnement de circulation, génératrices d’accidents de la circulation.

Photo Google

Photo Google

Quand l’espace ne se laisse pas lire de lui-même…

Nous avons procédé à deux études de cas d’accidents survenus sur des sites aménagés pour des lignes de bus « en site propre » (c’est-à-dire avec des voies réservées aux bus physiquement séparées de la circulation générale) et présentant de telles configurations déstructurées. Ces deux cas d’accidents illustrent que, dans de tels environnements, du fait de l’organisation atypique des sens de circulation, il arrive que les piétons ne prennent pas l’information « du bon côté » lors de la traversée de certaines voies, et soient alors heurtés par des véhicules qu’ils n’ont pas perçus avant le choc. Ces processus sont interprétés en référence à la notion d’automatisme dans les activités humaines, issue de la psychologie cognitive, et en s’appuyant sur la métaphore de la lecture et de la lisibilité de l’environnement, utilisée dans le domaine de l’aménagement. Diverses dispositions d’aménagement de détail tentant de remédier à ces difficultés de lecture (voir photo), déjà présentes sur certains sites d’accident, ne semblent pas de nature à prévenir ces collisions.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Brenac-et-Maitre-2016-08


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *