Sécurité et nouvelles pratiques de l’espace public : le cas des trottinettes, skateboards et autres engins à roulettes

Thierry Brenac (IFSTTAR)

Au-delà de leur usage constant chez les enfants et les adolescents, dans le domaine du jeu, les petits engins à roulettes sans moteur – trottinettes, patins à roulettes, patins en ligne ou « rollers », planches à roulettes ou skateboards – sont aussi devenus dans certains espaces urbains des instruments de déplacement ou de détente pour les adultes jeunes ou moins jeunes. Le développement des pratiques acrobatiques (sauts, figures) est un autre trait de cette évolution. De nombreuses municipalités ont proscrit l’usage des engins à roulettes, ou de certaines catégories (skateboards, patins en ligne) dans certaines parties de leur territoire communal, sous différents motifs (nuisances, dégradation du mobilier urbain, sécurité). Ces décisions paraissent également sous-tendues, de façon moins explicite, par une volonté de normaliser les conduites dans l’espace public, voire d’écarter une certaine population — jeune, peu consommatrice, et jugée susceptible de gêner ou d’effrayer les consommateurs et les touristes — d’espaces économiquement importants comme les secteurs touristiques et commerçants.

Photo Sitoo (Martin Benza, BS torque) – Licence CC BY-NC-ND 2.0

Photo Sitoo (Martin Benza, BS torque) – Licence CC BY-NC-ND 2.0

Patins en ligne : réalisation d’une figure acrobatique

Les arguments de sécurité peuvent-ils pour autant être négligés ? Sur ce point, nous avons procédé à des investigations dans la littérature scientifique internationale et, concernant la catégorie particulière des collisions entre un usager d’engin à roulettes et un autre véhicule, nous avons étudié de façon approfondie seize cas d’accidents survenus en France. Dans leur ensemble, ces investigations font apparaître que les accidents impliquant des usagers d’engins à roulettes sont relativement peu nombreux et d’une gravité faible, et que dans la très grande majorité des cas il s’agit de chutes ou de collisions sur des obstacles inertes n’impliquant pas de tiers. Les collisions avec des piétons sont très rares. Les collisions avec d’autres véhicules – automobiles principalement – sont un peu plus fréquentes (de l’ordre de 5 % des cas de blessures touchant les usagers d’engins à roulettes). En général seul l’usager d’engin à roulettes est blessé dans de telles collisions, qui sont en moyenne plus graves que les autres accidents impliquant cette catégorie d’usagers ; l’étude approfondie des cas fait apparaître certaines régularités dans les processus conduisant à ces collisions. Ces investigations permettent de tirer quelques enseignements pour la prévention de ces accidents, dans différents domaines incluant le champ de l’aménagement.

Pour accéder à l’article complet :

Article-Brenac-2015-06


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *